Un palace culte en bordure de Hyde Park

Un palace culte en bordure de Hyde Park

Le Mandarin Oriental de Londres, l’un des plus luxueux établissements d’Europe, réouvre en majesté après plusieurs années de travaux aussi colossaux que minutieux.

 

 

Un palace culte en bordure de Hyde Park 1

 

 

On a rarement vu bâtisse aussi somptueuse. Imaginez un peu, en lisière de Hyde Park, cinq étages hors combles festonnés de tourelles et d’arches dessinés par un architecte dont la personnalité édouardienne n’avait rien contre les sévérités flamandes – toutes ces briques et tous ces angles vous rappelleront, peut-être, les coins huppés du Plat Pays. À l’origine, il s’agissait-là d’un gentlemen’s club, évidemment très privé et très guindé, une culture de l’entre-soi dont l’établissement, au fil de sa longue histoire, ne s’est jamais trop départi. Aujourd’hui, c’est sous la bannière Mandarin Oriental qu’il officie. Suite à une longue rénovation à plusieurs dizaines de millions de livres sterling, voilà qu’il brille à nouveau de mille feux.

 

 

Un palace culte en bordure de Hyde Park 2

 

 

Alors il faut voir les débauches de marbres – gris, rosé, blanc, noir – dont le lobby se pare : c’est à vous faire frissonner. Alors il faut se délecter de ces coquetteries Art déco qui parsèment les chambres : touchons du doigt ces têtes de lit bleu canard ou vert bouteille, si sensuelles, en cuir matelassé, feuilletons un ouvrage à la lumière de ces suspensions sphériques qui font office de lampes de chevet ou lovons-nous dans ces fauteuils à oreilles en écoutant distraitement la pluie qui tombe. Joyce Wang, la décoratrice maison, a vu juste en évitant les écueils de la froideur ou du m’as-tu-vu, tandis que le groupe Vinci, expert en autoroutes et en aéroports mais pas que, a assuré, sous la marque Plendi by Vinci Construction, la bonne tenue des travaux.